Utilisation RS-CNC

Passer du .dxf au .gcode

Pour fraiser votre première pièce , en général on part d’un fichier « .dxf », soit que vous aurez récupéré, soit que vous aurez créé grâce à votre logiciel de CAO préféré.

Ce DXF est un dessin qu’on appelle « vectoriel » , pour faire simple et court, ce qui le différencie d’un jpeg par exemple, c’est qu’il contient des informations, par exemple, tel trou est à tel endroit et de tel diamètre, cette ligne à tel endroit mesure tant…

C’est bien beau tout ça mais notre machine ne reconnait pas ce DXF ! En effet, ce n’est pas du langage machine, il faut le transformer en langage machine, en .gcode.

Le G-code lui, est un script qui a chaque ligne donne un ordre à la machine par exemple X et Y vont à telle position à telle vitesse…

Pour se faire il nous faut un logiciel générateur de G-code, comme par exemple :

  • Estlcam ,vraiment pas cher et la version d’essai est illimitée, juste un compte à rebours avant la génération du g-code pour nous inciter à acheter et surtout, il est HYPER simple d’utilisation, top pour débuter sans se perdre dans les options.
  • Fusion 360, complet, il permet de créer ses fichiers 2D et 3D ainsi que générer du G-code pour imprimantes 3D et CNC

Je ne vais pas vous faire un tuto sur ces logiciels, vous en trouverez plein sur le net.

Quel que soit votre logiciel de génération de G-code, vérifier bien les options de start G-code et de End G-code qui doivent contenir les commandes de démarrage/extinction de broche qui commandent le relais (M3 au start G-code pour démarrer la broche) (M5 au end G-code pour éteindre la broche) Sur Estlcam c’est déjà paramétré d’origine.

Maintenant que nous avons notre fichier .gcode, on le met sur la carte SD puis dans le lecteur SD du TFT


Première utilisation de la RS-CNC

  • fixez votre « brut » (votre matière à fraiser) sur un « martyr » (plaque généralement en bois tendre que l’on met entre le plateau et notre pièce à usiner pour épargner notre beau plateau ! )
  • On serre bien la pièce pour ne pas qu’elle bouge à l’aide de brides de serrage, et on vérifie si pendant le trajet d’usinage, il y a pas un moment donné où une bride de serrage va se retrouver sur le chemin de la fraise… oui ce serait ballot ^^
  • On monte une fraise adaptée au matériau, et du même diamètre qu’on avait renseigné dans le logiciel de génération de g-code.
  • On met la fraise au « point d’origine » c’est à dire au point de départ du programme, il doit correspondre au point d’origine qu’il y avait dans votre logiciel de génération de G-code, en général c’est en bas à gauche sur le logiciel, donc vers vous à gauche sur la pièce à fraiser. Donc bougez les axes à l’aide du Nunchuk si vous avez de gros déplacements à faire, quand vous êtes très proche du point d’origine, finissez à la main, une fois que vous êtes bon en X et Y, descendez Z au raz de la pièce à usiner, vous pouvez utiliser du papier à cigarette pour être précis.
  • Maintenant que notre fraise est au point de départ, faites une mise à 0 des axes soit en appuyant sur le bouton reset, soit en appuyant sur l’icône « Set 0 all axis » dans la section « more » de l’accueil du TFT.
  • On vérifie que l’interrupteur à même la broche est bien sur « on » ( mais ne tourne pas car c’est le relais du shield qui la démarrera au lancement du job).
  • On choisi son fichier programme sur le TFT dans la section « Mill », on valide, et c’est parti , on voit la broche démarrer et le job commencer.
  • à la fin du programme, X et Y reviennent au point de départ et la broche s’arrête

Précautions à prendre à chaque usinage

  • Portez des lunettes de protection et surtout un masque à poussières pendant l’usinage et le nettoyage de la machine, pensez que la poussière de MDF et de carbone sont très toxiques.
  • Après chaque utilisation, aspirez avec un aspirateur dédié au garage (pas celui de votre chambre à coucher) et passer un coup de soufflette sur les courroies, poulies, tiges filetées, moteurs, lcd, chaines passe câbles… ( gardez le masque à poussières)
  • Si vous avez des enfants, enlevez le cordon d’alimentation
  • La machine doit absolument rester sous surveillance pendant l’usinage.
  • Bien sûr je ne suis pas responsable en cas de dégradation physique ou matérielle !

Entretien

  • Vérifiez la bonne tension des courroies et la perpendicularité de Y
  • Vérifiez que de la poussière ne s’est pas installée sur l’électronique
  • Vérifiez que la hauteur du plateau est toujours bien réglée

Le tuto est fini !

Pour toutes questions techniques, n’hésitez pas à vous inscrire sur le forum.

Le tuto est évolutif et s’étoffera au fil des questions les plus posées 😉

Pour toutes autres questions non techniques, vous pouvez me joindre à romaker@makerfr.com

5 commentaires sur “Utilisation RS-CNC”

  1. Hi in the cnc programme settings on estlcam there is a list of different firmwares such as mach3, marlin, linuxcn etc. But there is no repetier so which one is best suited to this machine?

  2. Hello Romain, I understand that the SD card can be used to inject the GCODE but is it possible to use other software like Mach 3 and equivalent?

    I’m also thinking about trying to get an octopi and see if this would be compatible with the RS-CNC firmware. I’m already using it for my 3D printer and like the monitoring aspect. I understand that octoprint is dedicated to 3D printing so a few screens won’t make sense for the CNC (like the temperature tab). Any thought?

    Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *